Французские считалочки, загадки и скороговорки для детей

Загадки, стишки и считалки – отличный способ отработать произношение и расширить словарный запас ребёнка, изучающего иностранный язык. Использовать в игровой форме скороговорки и загадки на французском языке можно как в процессе обучения маленьких детей, так и при обучении подростков. Необходимо лишь подбирать материал в соответствии с возрастом и уровнем владения языком.

zagadki

Стишки для заучивания (Petits poèmes)

Bonjour

Je dit bonjour

A mon papa

Je dit bonjour

A ma maman

A mon petit frere

A ma petite soeur

Et a l ecole

Aux professeurs

Mais dans la classe

A tous je dit

Salut copains

Bonjour amis

 

L enfant poli

Je suis

Toujours poli

Je dis bonjour

Je dis merci

S il vous plait

Je vous en pris

Soyez si bon

Soyez gentil

Mais quand je pars

Je dis les mots

Au revoir

Ou a bientôt

 

La Semaine

Lundi, mardi

Et mercredi

Tous ces jours

Finissent en-di

Puis jeudi

Et vendredi

Et samedi

Qui les suit.

Avec dimanche

La semaine finit

Et elle commence

Avec lundi

 

L’ écolier

Je suis

Petit écolier

J’ ai des livres

Des cahiers.

Je colorie

Je lis, j’écris

Et j’ apprends

Des poésis.

Je peux aussi

Parler, chanter

Car le francais

Beacoup me plaît.

 

 

Считалочки (Comptines)

Une, deux, trois:

Soldat de chocolat.

Quatre, cinq, six:

Le roi n’a pas de chemise.

Sept, huit, neuf:

Tu es un gros boeuf.

 

Combien faut-il de pommes de terre

Pour faire la soupe à ma grand-mère?

Huit: une, deux, trois, quatre,

cinq, six, sept, huit.

 

Ma grand-mère est enfermée

Dans une boîte de chicorée

Quand la boîte s’ouvrira

Ma grand-mère en sortira

 

Un petit cochon

Un petit cochon

Pendu au plafond,

Tirez-lui la queue,

Il pondra des oeufs ;

Tirez-lui plus fort

Il pondra de l’or.

Si j’étais une girafe

Si j’étais une girafe,

Je monterais sans escalier

À la lucarne du grenier.

 

 

Загадки (Devinettes)

ПредметыПрирода и растенияЖивотные, птицы и насекомые
Qui peut sauter

Sans jambes, sans pieds ?

(Le ballon)

 

Qu’est-ce qui court autour

Du jardin sans bouger ?

(La clôture)

 

De face, regardez-moi, je suis une personne.

Au dos, retournez-moi, il n’y a plus personne.

(Le miroir)

 

Il a quatre pieds mais ne marche pas

Il a une tête et n’a pas de voix.

(Le lit)

 

Où force, rage, ni violence

Ne sont parvenues à passer,

Je fais un tour, et c’est assez

Pour triompher avec aisance.

Tant de gens seraient à la rue

S’ils m’avaient perdue !

(La clé)

 

Un dos et quatre pieds

— mais je ne peux marcher.

(La chaise)

 

Je suis en bois ou bien en pierre,

Je ne sais pas du tout nager.

Pourtant, je franchis la rivière.

Qui suis-je ?

Avez-vous deviné ?

(Le pont)

 

Qu’est-ce qui court autour

Du jardin sans bouger ?

(La clôture)

 

 

 

On en a besoin Pour jouer du piano

Pour tourner le foin

Pour peindre un tableau

Pour donner des soins

Pour porter l’anneau

Pour faire un shampooing

Pour remplir un seau

Pour fermer le poing

Pour couper du veau

Pour boucher un coin

Pour prendre un gâteau

Pour être témoin

Pour jouer du pipeau

Pour écrire FIN.

(Les doigts de la main)

 

Qu’est-ce qui a :

6 jambes,

2 têtes,

4 oreilles,

2 mains,

Mais se tient Sur 4 pattes ?

(Le cheval et sa cavalière)

 

Chaque jour, je voyage en France,

Mais je connais le monde entier.

Dès l’origine, j’ai régné.

Je continue ma transhumance.

À travers jardins et cités,

Sans jamais me précipiter,

Je passe partout en silence.

Je donne couleur et santé.

On voudrait pouvoir m’arrêter,

Car tout est sombre en mon absence.

(Le soleil)

 

Le printemps repeint la salle des fêtes,

La campagne a mis sa verte moquette.

(L’herbe)

 

Dites-moi qui est-ce qui

Peut voyager jour et nuit

Sans jamais quitter son lit ?

(La rivière)

 

Un blanc tapis,

Avec ses fronces et ses plis

Que l’hiver

A tiré pour cacher la terre.

(La neige)

 

Belle,

Parce qu’il gèle.

Dure,

Par la froidure.

Lisse,

Pour que tu glisses.

(La glace)

 

A son pied

S’assied Le

Roi des nains.

C’est le parapluie des lutins.

(Le champignon)

 

 

Parfois je suis un château,

Parfois je suis un chameau,

Mais je peux être un visage,

Un vieux sage, un paysage,

Un monstre, un cacatoès,

Une barque, un aloès…

Je me transforme souvent

Au gré des songes du vent.

(Un nuage)

 

Quand le soleil surgit,

Timide, elle rougit.

(La fraise)

 

Sans couleur, sans yeux, sans visage,

Sans forme, partout je voyage,

Sous la terre ou dans les nuages,

A travers mille paysages,

Au fond des puits, dans les orages,

Au creux des mains, sur les vitrages,

Je peux monter dans les étages,

Et je m’étends au long des plages.

(L’eau)

On les trouve

la nuit sans qu’on les ait

cherchées ;

Mais on les perd le jour sans qu’on les ait volées.

(Les étoiles)

 

Plus on l’aperçoit

Moins on voit.

(L’obscurité)

Quand elle est tombée

On ne peut la ramasser

 (La pluie)

 

Ce qu’on me confie

Je le multiplie.

(La terre)

 

Tant que je vis, je dévore,

Dès que je bois, c’est la mort.

(Le feu)

 

 

Flac ! Flic ! Floc ! S’il sort, il suffoque.

Floc ! Flac ! Flic ! Il descend à pic

Flic ! Floc ! Flac ! Tout au fond du lac.

(Le poisson)

 

Il porte plume et n’écrit pas,

Il n’a pas de / mais il vole,

Il peut voyager sans boussole

Et faire des ronds sans compas.

(Le pigeon)

 

Éclose pour te consoler,

Je suis la fleur qui sait voler.

(Le papillon)

Élégante, dans son gilet

Rayé,

Elle fréquente tous les cœurs

Des fleurs :

C’est la fabricante officielle du miel.

(L’abeille)

 

Elle pille

Ce qui brille

Puis s’envole.

Triste sort

Des trésors

Qu’elle vole !

(La pie)

 

Toujours plus loin, toujours plus haut,

Un saut, deux sauts, trois sauts,

Dans l’air un peu, dans l’eau parfois,

Quoi ? Quoi ? Quoi ?

Quoi ? Quoi ? Quoi ?

(La grenouille)

 

 

 

Le petit gris

Sort de chez lui

Sans quitter sa maison.

Puis il bourgeonne

Ses quatre cornes :

La pluie est de saison.

(L’escargot)

 

Longues pattes long cou long bec et longues ailes

Voyageuse au long cours

Si court le temps d’été à

Strasbourg mes amours

L’hiver est long sans elle

(La cigogne)

 

Le tendre gazon, c’est mon tapis préféré.

Folâtrer, insoucieux, c’est ma joie sans pareille.

J’ai une courte queue, mais de longues oreilles.

Si quelqu’un m’a posé, vous me retrouverez !

(Le lapin)

 

Doux, doux, tout doux,

La douceur est en nous :

Notre toison de laine,

Nos yeux de châtelaine,

Notre cri notre peine.

Doux, doux, tout doux,

La brise du mois d’août

Mesure son haleine

Quand l’été dans la plaine

Nous n’avons plus de laine.

(Les moutons)

 

 

Скороговорки (Virelangues)

  • Un pêcheur qui pêchait sous un pêcher, le pêcher empêcher le pêcheur de pêcher — Один охотник ловил рыбу под персиковым деревом, дерево мешало рыбаку ловить рыбу.
  • Elle est partie avec tonton, ton Taine et ton thon. — Она ушла с твоим дядей, твоим Тэном и твоим тунцом.
  • Un dragon gradé dégrade un gradé dragon. — Драгун смещает драгуна, имеющего тот же чин.
  • Pruneau cuit, pruneau cru, … — Чернослив вареный, чернослив сырой…
  • Cinq gros rats grillent dans la grosse graisse grasse. — Пять толстых крыс жарятся в огромном куске жирного сала.
  • Trois petites truites cuites trois petites truites crues — Три маленькие вареные форели Три маленькие свежие форели.
  • Trois tortues à tristes têtes trottaient sur trois toits très étroits. — Три черепахи с грустным видом шли по трем очень узким крышам.
  • Napoléon cédant Sédan, céda ses dents. — Наполеон, уступив Седан, потерял свои зубы.
  • Cinq chiens chassent six chats. — Пять собак гоняют шесть кошек.
  • Didon dina, dit-on, du dos d’un dodu dindon. — Говорят, что Дидон пообедал спинкой упитанной индюшки.
  • Rat vit riz, Rat mit patte à ras, Rat mit patte à riz, Riz cuit patte à rat. — Крыса видит рис, Крыса кладет лапку на край, Крыса кладет лапку на рис, Рис обжигает лапку крысе.
  • Je suis ce que je suis et si je suis ce que je suis, qu’est-ce que je suis? — Я есть то, что я есть, и если я есть то, что я есть, то, что же я есть?
  • Juste juge jugez Giles jeune et jaloux. — Справедливый судья, судите Жиля молодого и ревнивого.
  • Je dis que tu l’as dit à Didi ce que j’avais dit jeudi. — Я говорю, что ты сказала Диди то, что я сказал в четверг.
  • Suis-je bien chez ce cher Serge? — Мне хорошо у этого дорогого Сержа?
  • Ce ver vert severe sait verser ses verres verts. — Этот зеленый строгий червь умеет проливать свои зеленые стаканы.
  • Le ver vert va vers le verre vert. — Зеленый червь идет к зеленому стакану/стеклу.
  • Lulu lit la lettre lue à Lili et Lola alla à Lille ou Lala arrose le lilas. — Лулу читает письмо, прочитанное Лили и Лола пошла к Лили, где Лала поливает сирень.
  • Son chat chante sa chanson. — Его кот поет свою песню.
  • As-tu été a Tahiti? — Ты был на Таити?
  • Poisson sans boisson, c’est poison! — Рыба без питья это яд!
  • Chouettes achètent chaussures! — Совы покупают обувь.
  • Si ça se passe ainsi, c’est sans souci. — Если это пройдет так, тогда все будет без забот.
  • Dans ta tente ta tante t’attend. — У твоей тети тебя ждет твоя тетя.
  • Sachez, mon cher Sasha, que Natasha n’attacha pas son chat! — Знайте, мой дорогой Саша, что Наташа не привяжет своего кота.
  • Papier, panier, piano. — Бумага, корзина, пианино.
  • La robe rouge de Rosalie est ravissante. — Красное платье Розалии восхитительное.
  • Ta Cathy t’a quitte. — Твоя Кати тебя бросает.
  • Fruits frais, fruits frits, fruits cuits, fruits crus. — Фрукты свежие, фрукты жареные, фрукты вареные, фрукты спелые.
  • Les Autrichiens sont des autres chiens! — Австрийские – совсем другие собаки!